Débuter la bijouterie : se faire un établi

Dans la continuité du dernier article sur les premiers pas dans le domaine de la bijouterie, parlons aujourd’hui équipement, et plus particulièrement établi de bijoutier.

Maintenant que l’on a une idée des créations que l’on veut réaliser, des techniques que l’on veut acquérir pour cela, et de la façon dont on va se former : il ne reste plus qu’à se trouver un “petit coin” pour le faire ! Ou même un grand, qui sait ?

Nous allons donc nous pencher sur l’établi. Ou du moins, ce qui vous servira d’établi. Ce meuble si important aux yeux des bijoutiers, cet espace de création tant rêvé.

Dans cet article nous allons parler de l’aménagement de cet espace, sans toutefois détailler encore l’outillage dont vous l’agrémenterez par la suite. Uniquement, l’espace de travail. Je ne vous conseille pas de brûler les étapes et d’investir d’ores et déjà dans de l’outillage, mais si vous souhaitez vous familiariser avec l’équipement qui sera probablement le vôtre bientôt, vous avez cet article et cette vidéo qui peuvent vous être utiles !

Nous allons voir qu’à ce stade, il n’est pas nécessaire d’investir des centaines d’euros pour se constituer un établi de compétition. Cependant il y a certaines choses essentielles à savoir et à avoir pour bien débuter dans la création de bijoux


UNE PLACE DE CHOIX

Pas toujours facile de pouvoir allouer un espace à cette activité quelques peu bruyante et salissante. Surtout dans une vie déjà bien pleine, avec un conjoint, des enfants, ou un studio déjà bien (trop) meublé.

A la lecture de cet article vous comprendrez que la surface de travail requise n’est pas nécessairement énorme. En revanche, essayez de choisir un endroit aéré, lumineux et si possible calme.

J’ai déjà abordé plus longuement ce sujet dans cet article. Je ne vais donc pas m’attarder dessus et vous recommande vivement d’aller le consulter si ce n’est déjà fait.



LE MEUBLE

Etabli de bijoutier classique avec arc de cercle
Benchworks.be

L’établi de bijoutier se présente généralement sous la forme d’un grand bureau, assez haut, pourvu de nombreux tiroirs et rangements, avec un arc de cercle en son centre.



Achat neuf

Vous pouvez en trouver chez les fournisseurs de bijouterie, prêts à l’emploi, mais relativement onéreux.



Fait maison

Vous avez également l’option, si vous êtes bricoleur, de le réaliser vous même à partir de planches et tasseaux de bois.


Voici quelques plans glanés sur la toile:


Sur l’inépuisable forum Bijoux à la cheville :


Un modèle avec explications en anglais sur HandmadeJewelryTips (les plans détaillés sont payants, 7$)



Etabli nomade (pour les bricoleurs)

Si vous êtes bricoleur-artiste-astucieux, vous pouvez vraiment vous faire plaisir et fabriquer un établi de bijoutier nomade ou pliable… voici un bel exemple sympa :


Mais si vous n’êtes ni bricoleur, ni fortuné, tout n’est pas perdu, loin de là !



Planche et tréteaux

Une simple planche repercée posée sur des meubles ou tréteaux fera très bien l’affaire (c’est l’option que j’ai choisie, pour un total de 132€ hors équipement).



Le bureau transformé

Autre option : le bureau d’occasion transformé ! Les sites de seconde main (style Leboncoin) sont des cavernes d’Ali baba. Choisissez autant que possible un bureau en bois massif, comportant déjà des tiroirs et rangements.



Le petit-espace-mini-budget-maxi-pratique

Enfin, la solution “petit espace” et “petit budget” ultime, que j’utilise pour mes retours en France :


Quelle que soit l’option choisie, la table de votre établie doit être relativement haute, aux environs de 90 cm, pour permettre une assise plus basse. Le bijoutier doit avoir ses yeux le plus proche possible de sa cheville, et ne doit pas se pencher sur son ouvrage. Si vous ne pouvez pas le surélever jusqu’à cette hauteur, alors faites comme moi et coupez les pieds d’un tabouret en bois pour perdre quelques centimètres !

Maintenant que vous avez votre espace et votre meuble de base, voyons les critères essentiels à y rajouter


L’ARC DE CERCLE

On le voit souvent dans les ateliers : et pour cause, c’est très pratique !
L’arc de cercle de l’établi du bijoutier n’est pas en soi indispensable. Entendez par là que vous pourrez toujours couper, limer souder etc…

Mais il n’est pas pour autant un artifice. S’il a toujours été là, ce n’est pas pour rien. Il permet une position optimale, les coudes levés à hauteur de votre ouvrage, les yeux rivés sur lui.

La largeur de l’arc de cercle dépendra de votre propre corpulence. Quand à la profondeur, prenez simplement la moitié de cette largeur !

Pour le réaliser, rien de plus simple : un crayon et un fil tendu et hop, vous faites votre propre compas !

Si vous ne pouvez pas le faire pour le moment : pas de panique, vous pourrez tout de même avancer dans vos créations. Mais au fur et à mesure de votre aisance et de votre avancement dans ce métier, ne négligez pas d’investir dans plus d’ergonomie pour votre poste de travail !


LA PEAU D’ETABLI

Elle va de pair avec l’arc de cercle. D’ailleurs si votre établi ne comporte pas d’arc de cercle, inutile de vous intéresser à la peau d’établi.

Cette peau – habituellement en cuir de vache souple, pour sa robustesse – va se placer directement sous la cheville, sous l’arc de cercle. Si l’idée d’utiliser du cuir ne vous plait pas, vous avez toujours l’option du simili-cuir, du moment que celui-ci n’est pas inflammable. Cependant, je ne vous recommande pas le simple tiroir en bois ou plateau en métal, qui offrent moins d’avantages que la peau.

Car si elle non plus n’est pas indispensable à la réalisation d’un bijou, la peau d’établi va certainement vous “sauver” plus d’une fois.

Elle servira de “récupérateur” pour les pierres ou petits éléments qui vous glisseront des doigts. (Bam ! Vous vous évitez 30 minutes de 4 pattes, loupe à la main 😀 )
Egalement, elle protégera vos jambes d’un métal chauffé, soudé ou recuit qui tomberait (d’où l’importance de sa robustesse, et sa souplesse pour éviter le rebond…)
Enfin, si vous travaillez les métaux précieux, un simple coût de balayette à la fin de votre journée vous permettre de récupérer quelques grammes de métal.

Peau d'établi en cuir de vache souple

Attention cependant à ne pas vous en servir comme votre “garde outil” : ce qui annulerait tous les avantages sus-cités !

Vous pouvez, comme d’habitude, en trouver chez les revendeurs d’outillage professionnel. Personnellement, j’ai profité d’un chute d’usine car j’habitais près d’une ancienne usine de tannage. Vous pouvez également vous en fabriquer une à partir de chutes (parcourez les magasins de tissus d’ameublement !) ou enfin, si vous arrivez à récupérer une grande veste en cuir d’homme, assez large (et non trouée, ça va de soi).


LA CHEVILLE

La cheville d'établi, la meilleure amie du bijoutier

Autrement dit : votre meilleure amie.

La cheville est un bout de bois, généralement un bois dur, fixé au centre de votre table, ou de votre arc de cercle.

Les différents types de chevilles d'établi de bijoutier
Workingsilver

On en trouve évidemment des toutes prêtes chez les revendeurs pour une poignée d’euros.

Cependant, il est très facile d’en réaliser soi-même et de la fixer à l’aide de vis.

Une autre solution très pratique est la cheville fixée grâce à un étau.

Cheville à repercer avec étau

Ma préférence va pour cette cheville-étau, que l’on peut positionner de 2 façons (droite ou inclinée) et qui intègre également un petit tas en acier ! Idéal pour débuter, un outil 2-en-1. Et peu chère en plus !

Cheville avec étau et tas en acier


Il existe aussi des tout-en-un, avec triboulets intégrés, j’avoue que si c’était à refaire, je tenterais peut être cet objet là !

Cheville de bijoutier combinée avec un triboulet

Enfin, n’hésitez pas à la couper pour l’adapter à votre utilisation ! Ce sera votre alliée, votre seconde main, votre partenaire de galère, donc adoptez-la !


LA LUMIERE

Si vous avez une source de lumière naturelle, une fenêtre par exemple, il serait dommage de l’avoir dans le dos. Privilégiez plutôt de placer avec la fenêtre en face ou sur le côté.

A cela vous devrez certainement rajouter une lumière artificielle. Rien de mieux qu’une lampe articulée, accrochée au bord de votre établi.

Pas de modèle particulier à vous suggérer, choisissez seulement une lumière plutôt vive (60 watts minimum) et si possible pas trop jaune, pour ne pas altérer votre vision des couleurs.

Vous trouverez sur Amazon, dans votre magasin de bricolage ou en seconde main, des lampes d’établi adaptées (évitez celle-ci, de piètre qualité).

J’ai entendu parler de celle-ci, qui a l’air vraiment pas mal, mais très chère. Si vous avez le budget, vos yeux vous remercieront sans doute.

Et pour le coup, si vous avez des modèles et des suggestions, faites-nous en part en commentaire !


L’ASSISE

chaise d'établi

Enfin, un élément pas moins essentiel à prendre en considération, est le fauteuil ou tabouret sur lequel vous serez assis.

Quelle que soit votre préférence, il faut que sa hauteur soit ajustée pour que votre établi vous arrive à hauteur de poitrine.

Dans mon ancien atelier, j’utilisais d’anciennes chaises de cours de physique/chimie (vous savez, celles qui grinçaient et sur lesquelles on faisait des tours quand le prof avait le dos tourné..). Réglables en hauteur, rotatives, avec un dossier… c’était pas mal, à condition de se mettre un petit coussin sous les fesses 😉

Lorsque je revenais à hauteur de bureau “normal”, je mettais alors une petite caisse à vin sous mes pieds pour être plus à l’aise.

Aujourd’hui, parce que je n’ai pas trouvé chaussure à mon pied fauteuil à mes fesses, j’utilise en tabouret en bois dont j’ai scié les pieds. Un peu dur et peu pratique, il faut le dire.

Le mieux reste un bon fauteuil confortable, sur roulettes, pour passer des heures à l’établi…



Voilà pour les bases d’un établi, le strict nécessaire, ni plus ni moins, pour commencer votre voyage en bijouterie 🙂 Le minimum syndical se résume à cela, et pour moins d’une centaine d’euros il est possible de commencer son initiation.

Viendront ensuite l’outillage et les solutions de rangement et d’organisation, selon vos prétentions et votre budget, que nous détaillerons au fur et à mesure des prochaines formations qui devraient bientôt voir le jour. Stay tuned !

PS : j’adore voir les lieux de créations des autres. Une vraie passion ! Rien ne me ferait plus plaisir que de voir les vôtres. On se partage quelques photos sur le groupe Facebook d’entraide pour débutants ?

Partager l'article
  •  
  •   
  •  
  •  

You may also like

2 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.