COMMENT FAIRE DORER SES BIJOUX ? – 2/2 EN PRATIQUE

Faire dorer ou plaquer ses bijoux - en pratique - comment choisir son doreur et comment préparer ses creations
Crédit : MySen


Nous avons vu dans le 1er volet sur la dorure des bijoux tout ce qui concerne la technique de plaquage des bijoux, en se concentrant sur la plus utilisée : la galvanoplastie par électrolyse.

Cette semaine, voyons comment mettre cela en pratique.

Je ne détaillerai pas ici les utilisation d’une machine personnelle de galvanoplastie, n’ayant moi-même jamais réalisé ce geste.

En revanche, j’ai déjà fait appel à différents doreurs. Et toujours avec l’aide de Martin Labrousse, galvanoplaste, je vais tenter de vous aiguiller au mieux dans le monde obscur des doreurs 😉



Dorure à l’or fin ou plaqué or : je choisis quoi ?


La différence entre la dorure à l’or fin et le plaqué or réside uniquement dans l’épaisseur déposée sur le métal de base, comme déjà évoqué dans cet article. Cette épaisseur influera bien entendu sur la tenue dans le temps de votre bijou. Pour cela je vous renvoie au crash test que j’ai effectué l’année dernière.


Quelques mises en garde cependant : le plaqué or, même épais, finira par s’émousser à plus ou moins long terme. Les bijoux les plus durables seront les boucles d’oreilles car les frottements sont moins présents. Les bagues seront les plus délicates à garder dans le temps.
Il existe cependant un plaqué or “garanti à vie” utilisé par certains horlogers suisses. Il s’agit d’une épaisseur de 200 microns d’or. Le prix est en conséquence, sans surprise 😉

Pour obtenir une appellation plaqué or, la réglementation française exige une épaisseur de 3 microns minimum sur le bijou. La dorure à l’or fin, bien plus fine (souvent entre 0,1 et 1 micron), quant à elle n’est pas soumise à réglementation.

Par réglementation, il faut comprendre qu’en cas de contrôle qualité des douanes, bien que rares, on peut vous exiger de prouver l’épaisseur du plaquage si vous clamez l’appellation “plaqué or”. Pour cela, vous pouvez demander un certificat de conformité à votre doreur. S’il est équipé de la machine permettant cette mesure, et moyennant quelques euros supplémentaires, il pourra vous le fournir. Ce certificat peut aussi rassurer votre clientèle.

Le plaqué or est donc plus cher, mais aussi plus contraignant en terme de réglementation.

Je reviendrai sur cette réglementation dans un prochain article, car il me reste quelques points obscurs à éclaircir… Et que le sujet est vaste.

Selon votre gamme de prix, vos styles de bijoux et l’exigence de votre clientèle, vous opterez donc pour une épaisseur plus ou moins grosse, et pour des contraintes plus ou moins importantes. C’est à vous de faire ce choix.


Quelle finition choisir ?

Galvanoplastie : Différentes couleurs de dorures et de traitements de surface
Crédit : Corey Egan

Il y a quelques différences de couleurs et de finitions dans les ors.

Par exemple, une dorure à l’or 24k sera plus jaune vif qu’une 18k, l’or étant plus pur.
Les doreurs ont souvent plusieurs références de couleurs d’or, aussi, n’hésitez pas à expliquer le rendu que vous aimeriez avec vos propres mots (orangé, vif, champagne, pâle etc…).
Le doreur, dont c’est le métier, vous aiguillera et s’il le peut, vous montrera quelques exemples.

Avec un peu de cuivre dans l’alliage, vous pouvez également choisir un or rose, mais aussi du gunmetal ou de l’argenture, en passant par le rhodium ou le palladium. Pour les finitions, cela peut aller d’un effet mat (par sablage) à un brillant miroir en passant par du satiné.

Discutez tout simplement avec votre doreur des différentes options qu’il propose. Et si vous pouvez directement vous y déplacer, demandez-lui de vous montrer des pièces test pour pouvoir vous faire une meilleure idée.



Comment préparer mes bijoux ?

Bien préparer ses bijoux pour la dorure - quelles sont les bonnes pratiques pour avoir un beau plaqué or

Avant de vous diriger vers votre doreur, vous devez vous assurer que vos pièces sont bien préparées au traitement. Cela évitera bien des déconvenues une fois la dorure effectuée…

  • Bien polir ses bijoux : surtout si vous optez pour une finition brillante, il est important d’éliminer toute traces de rayures ou tâches de feu.

  • (Ne pas) nettoyer ses bijoux : par expérience, il vaut mieux parfois laisser la couche légèrement grasse et protectrice de la pâte à polir (sans gros pâtés toutefois). Certains détergents ou savons utilisés sont trop acides et laissent le métal “à nu”, vulnérable aux traces de doigt ou autres réactions chimiques qui se révéleront au moment de la dorure. Soyez donc sûr de votre détergent, ou bien laissez le soin à votre doreur de les nettoyer, de toute façon il le fera d’office !

  • Démêler les chaînes et les séparer.

  • Monter (assembler) ses bijoux si possible.

  • Ne pas utiliser d’acier chirurgical ou inoxydable, cela pollue les bains et la dorure ne tient pas.

  • Si votre doreur le demande, attacher les bijoux selon ses spécifications (mais c’est rare)

  • Emballer ses bijoux individuellement dans du papier de soie pour éviter les chocs et donc les rayures.

  • Enfin, ce n’est pas obligatoire, mais vous pouvez leur faciliter le travail en leur fournissant un tableau avec une photo de chaque modèle + sa référence + la quantité fournie + le prix si vous avez déjà eu un devis. En général, ils apprécient le geste, et cela montre que vous êtes rigoureux.



Comment choisir son doreur ?

Choisir un bon prestataire, c’est le nerf de la guerre. J’aimerais vraiment vous proposer une liste de doreur fiables et compétents, à prix raisonnables, mais c’est tout simplement impossible.

Choisir son doreur pour faire plaquer ses bijoux - sur quels criteres, quels prix et comment faire en pratique


Pour ma part, même après de nombreuses années, je n’ai pas encore trouvé l’idéal en terme de partenaire de dorure, et ce pour de multiples raisons. Celui avec qui je travaille aujourd’hui me satisfait mais me coûte très cher et à des exigences de qualité sur lesquelles je galère vraiment. Mais le gars est bon, c’est déjà ça !

Mais surtout, surtout parce que les feedbacks sont tellement différents d’une créatrice à l’autre et d’un style de bijoux à l’autre, vous n’avez pas idée ! Il y a des doreurs qui travaillent vite, d’autre qui ont des délais extensibles. Certains ne veulent pas travailler de trop petites pièces, d’autres exigent d’en fournir une centaine d’exemplaire par modèle minimum. Une créatrice va aimer la couleur “champagne” de l’un d’entre eux quand une autre va trouver cela ignoble… et les tarifs sont tous incomparables, aucun ne calcule de la même façon.

Un comparatif serait bien trop subjectif, je préfère autant que chacun se fasse son idée en essayant par lui-même.
Je vous glisse tout de même cet annuaire qui répertorie pas mal de galvanoplastes en France, vous n’aurez que l’embarras du choix. A vos téléphones !

Ceci dit, pour ce qui est des critères de sélection, voici mes conseils :

  • Le plus important : appelez-les et si possible, testez les. Envoyez des pièces pour devis chez plusieurs doreurs que vous aurez trouvé et demandez leur leurs tarifs, leurs conditions (surtout leurs conditions !) et si possible, un test de dorure. Sur cette base, faites vous une idée et commencez à travailler avec l’un d’entre eux.

  • Gardez le même doreur pour chacun de vos bijoux (ne pas faire les chaines chez l’un, les apprêts chez un autre, etc…) car même si des références “universelles” existent, les rendus de couleur au final peuvent être très différents, et cela se verra dans vos collections.

  • Définissez votre type de production. Certains doreur calculent au poids, d’autres à la pièce ou encore à la surface. Soyez prévenus : les chaînes coûtent souvent très chères lorsqu’elles sont calculées à la surface. Si vous faites beaucoup de colliers, je vous conseille donc de choisir un doreur qui calcule ses prix au poids.

  • Définissez votre quantité de production : si vous avez des modèles similaires, réalisés en petites séries, que vous pouvez regrouper par dizaines/centaines de pièces, vous n’aurez sans doute pas le même prestataire que si vous faites des pièces uniques, à la commande.

  • Demandez leur délais, même approximatifs pour pouvoir gérer en amont votre planning de production. Et ne pas vous faire avoir, à quelques jours de Noël, ou pendant les vacances d’été, avec les fermetures, toussa toussa. Ca sent le vécu #teamlastminute

  • Enfin, communiquez avec votre prestataire. Je vais ici vous raconter une petite anecdote. Je travaille avec un (second) doreur qui exige des quantités que je ne suis pas toujours en mesure de lui fournir. Une année à Noël , j’ai encore un peu tiré sur la corde, et n’ai pas fourni la centaine d’exemplaire qu’il exigeait (ouiiii mais c’était Noël, j’étais enceinte, tout plein d’aléas…). De passage à Paris, je suis passée chez lui récupérer mes bijoux. Convocation au bureau : ça sentait un peu le brûlé pour notre relation… Alors j’ai souri, je lui ai expliqué mon activité, mon parcours, ma condition de femme enceinte. Il m’a expliqué ses contraintes, son point de vue. Je lui ai demandé des conseils et puis… j’ai dégainé la boite de bonbons spécialités de ma région. Immédiatement, le ton a changé, la glace était brisée, on s’est fait la bise. “Allez, on va faire une exception pour vous mam’zelle” et hop, tout était remis à plat. Une bonne relation, ça ouvre parfois bien des portes !


Faire plaquer ses bijoux, combien ça coûte ?

Voilà une question bien épineuse, vous l’aurez compris.

Chaque doreur a sa façon de calculer, sa petite formule magique. Parfois même, la tête du client peut faire partie intégrante du calcul 😀

Le mieux est évidemment de demander un devis sur pièce, vous l’aurez compris.

Cependant, j’ai déjà vu passer sur le groupe d’entraide Facebook, des questions d’ordre plus “général” afin d’évaluer si la dorure est envisageable ou non. Il y a aussi parfois des personnes qui ont eu un devis et qui se demandent si c’est bien dans les ordres de prix habituels (et parfois… tellement pas !).

Alors pour vous aiguiller, voici quelques fourchettes de prix en exemple (TTC). Prenez bien en compte qu’elles sont variable selon votre doreur, la qualité de la dorure et bien entendu de votre bijou.

  • Des petits clous d’oreilles peuvent varier de 0,30€ l’unité en doré 24k, à 1€ l’unité en plaqué or 3µ.
  • Un bracelet avec chaîne fine et pendentif : entre 1€ la dorure et 2,50€ le plaqué.
  • Un jonc fin de 1,50mm d’épaisseur : de 1,20€ la dorure à 3€ le plaqué.
  • Une manchette peu épaisse, de 5 mm de largeur : de 2,50€ la dorure à 5€ le plaqué
  • Une bague fine 1mm d’épaisseur : de 0,30€ la dorure à 1€ le plaqué.
  • Un collier court avec chaîne fine et un pendentif : de 2,50€ la dorure à 4€ le plaqué
  • Une grosse paire de boucles avec multiples pendants : de 6€ pièce la dorure à 10€ pièce le plaqué.
  • Enfin, si votre doreur calcule au poids, en général la dorure à l’or fin se situe entre 250 et 300€ le kilo. Il est rare de calculer au poids pour du plaqué or.

Bref, il serait bien trop long de détailler chaque type de bijou, mais vous avez un ordre d’idée maintenant. Ces prix sont ceux que je constate “en moyenne” et n’ayant pas testé tous les doreurs de la place. J’ai déjà trouvé bien moins cher aussi, mais la dorure a fini par PELER (!) au bout de quelques jours… Heureusement, ce doreur a fermé boutique depuis.

Depuis, je n’hésite plus vraiment au niveau du prix. Je privilégie la qualité et surtout une relation saine et stable avec quelqu’un de confiance. C’est ce qui m’importe le plus.



Problèmes fréquents

Retour du doreur - Comment bien préparer et emballer ses bijoux pour la dorure
Crédit : MaïMaï bijoux
  • J’ai des bijoux qui ont perdu leur dorure, puis-je les refaire dorer ?

Si la dorure est partie uniformément, et que vous savez quel traitement a déjà été effectué sur votre bijou, vous pouvez alors demander à votre doreur de refaire un traitement dessus. Si vous n’êtes pas sûr de l’alliage, des traitements déjà effectués ou que vous le demandez trop fréquemment, il y a des chances pour que votre doreur refuse. Techniquement cela est donc possible. Mais en pratique, cela dépend du doreur.

  • Retour du doreur : mes bijoux ont comme des “tâches” orangées ? Qu’est ce que ça peut être ?

Comme évoqué précédemment dans l’article, il se peut que votre bijou ait été mal préparé. L’avez-vous bien poli pour enlever les tâches de feu ? L’avez-vous nettoyé avec un détergent ou un savon trop acide ? Dans ce cas, je vous conseille de laisser le polissage sur vos bijoux (sans toutefois laisser de grosses traces noires).
Parfois certaines trâces sont juste dues à un léger dépôt d’eau après la dorure. Essayez de frotter légèrement avec un peu de salive : c’est parfois bluffant 😀
Il peut aussi arriver qu’un bain de dorure n’ait pas bien été effectué. Aussi si après discussion avec votre doreur, et changement dans vos façons de procéder elles sont toujours là, je vous conseille tout simplement… d’aller voir ailleurs !

  • Puis-je sertir mes pierres avant la dorure ?

A priori, aucune contre-indication à cela, sauf pour certaines pierres. Ne pas sertir en avance l’ambre, les perles noires, la nacre. Egalement les lapis lazuli et malachites ne supportent pas bien l’acidité. Voyez avec votre prestataire comment sont réglés ses bains. Les pierres de la famille des Quartz résistent bien, en revanche elle peuvent être sensible à l’ultrason. En général les doreurs sont au fait de cela et essayent de faire autrement, mais sachez-le.

  • Puis-je faire 2 finitions différentes sur un même bijou ?

Cela risque d’être difficile, même si ce n’est pas impossible. Pour cela, il faudrait mettre une épargne (comme un vernis) sur une partie du bijou pour faire un premier traitement, puis une autre épargne pour le second. Et puis tout dépend du traitement. Je ne sais pas si beaucoup de doreurs accepteraient de le faire, surtout pour du bijou fantaisie. Mais vous pouvez leur demander, et nous dire si vous avez trouvé !


Voici un tour d’horizon des bonnes pratique et des conseils pour faire plaquer ses bijoux. Je remercie encore infiniment Martin Labrousse (galvanoplaste) et Danyel Monjol (fondateur d’Outilor) pour leur aide dans la construction de cet article.

Si vous l’avez raté, voici le 1er article concernant les techniques de dorure.

J’espère vous avoir aiguillé, aidé, renseigné d’une quelconque façon. Et si vous avez des commentaires à apporter, des questions qui restent en suspend, des doutes ou des rectifications à donner, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaire !

Pour les bons plans, les échanges d’adresses et autres, alors rendez-vous sur notre groupe d’entraide pour débutants 😉

Enfin, voici un petit récapitulatif de ce qu’il faut prendre en compte avant de vous lancer ! (n’hésitez pas à l’épingler sur vos board Pinterest 😉 )

Comment faire dorer ses bijoux en pratique - quelques conseils pour de jolies finitions

Partager l'article
  •  
  •   
  •  
  •  

You may also like

3 comments

  1. Bonjour Mélanie, merci beaucoup pour ton article. J’ai du fil à retordre avec le traitement de surface ! Comme tout le monde, je pense 🙂 Pourrais-tu me dire si il a d’autres options que le rhodium pour que l’argenture ne s’oxyde pas. Même avec de l’argent 10 microns, mes bijoux se décolorent. J’envisage donc de passer tout au rhodium. Pour ce qui est des petits après, comme les anneaux, les breloques, les attaches de boucles, comment est-ce que cela fonctionne pour toi. Jusqu’à présent, je n’ai jamais envoyé toute une boucle chez le doreur, je traite les différentes parties en séparé. J’ai beaucoup d’apprêts en argenté et j’aimerais les retraiter en rhodium. Est-ce possible ? Serais-tu d’accord de me communiquer le nom de ton doreur ? Merci beaucoup et bonne continuation !

  2. Bravo pour cet article Mélanie!
    Pour celles qui s’intéressent plus particulièrement au tarif, sachez que de mon côté, pour du 1 micron, les prix de mon doreur sont plus proches du tarif que Mélanie donne pour le plaquage 3 microns ;)…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.