RENCONTRE AVEC PAULINE DE BRIGHT PAUSE

Rencontre avec Pauline du blog Bright Pause sur www.apprendre-la-bijouterie.com

Il y a quelques années de cela, Pauline m’avait contactée pour une interview sur son blog, Bright Pause, concernant ma marque de bijoux, OH LA LA ! .

J’avais volontiers accepté de me prêter au jeu, mais je ne m’attendais pas alors à trouver une telle mine d’or pour la créatrice que j’étais ! Si vous ne connaissez pas encore son blog, alors vous allez sûrement vous en délecter durant les prochains jours. La plume de Pauline est douce et délicate, un régal.  Son blog est truffé de belles sélections shopping, d’interviews de créateurs et de réflexions sur le métier, comme cet article sur l’évolution du nombre de créateurs que j’ai écrit pour elle récemment. Et puis je ne sais pas vous, mais personnellement j’adore lire les interviews des autres bijoutiers. J’adore savoir comment ça se passe pour eux en coulisse, comment ils en sont venus là, quels sont leurs peurs (les mêmes que les miennes ?) et leurs succès (de la graine à prendre !). Mon petit côté voyeur, sans doute.

Alors, je me suis dit qu’avec toutes ces rencontres qu’elle avait fait, Pauline, elle avait sûrement un oeil d’experte à nous apporter. Qu’elle pourrait sans doute nous aiguiller, nous conseiller.

Voici donc mes quelques question posées à Pauline, du blog Bright Pause.

 

Rencontre avec Pauline du blog Bright Pause sur www.apprendre-la-bijouterie.com

Quel est ton parcours jusqu’à ce jour ? Exerces-tu un métier en rapport avec la bijouterie ?

Non, mon métier n’a pas de lien direct avec la bijouterie ! J’ai commencé mes études par trois ans de prépa littéraire, et plutôt que de me spécialiser dans les lettres, j’ai préféré m’orienter vers une autre formation généraliste en intégrant l’école de commerce de Reims. Sans surprise, j’ai plutôt été attirée par le marketing et la communication étant donné ma formation initiale ! Je me suis spécialisée dans le marketing du luxe et plus spécialement celui du champagne. J’avais envie de contribuer à mettre en avant ce produit prestigieux de ma région d’origine.

J’ai commencé par carrière professionnelle avec le Graal : un CDI en tant que chef de projet marketing dans une grande Maison de Champagne. Un poste aussi passionnant qu’épuisant qui m’a amenée à réfléchir à ce que je voulais vraiment faire de ma vie professionnelle. Après mûre réflexion, j’ai eu envie de revenir à mes premiers amours : les mots. Aujourd’hui, je travaille à mon compte depuis plus de trois ans. Je suis rédactrice freelance et journaliste, mais aussi mumpreneur et blogueuse !

 

Qu’est-ce qui t’a poussée à ouvrir ce blog, Bright Pause, axé sur la bijouterie-joaillerie ?

Alors que j’étais encore en poste, j’ai eu besoin de retrouver un souffle créatif et j’avais toujours eu envie de créer mon blog. Je suis bien trop pudique pour envisager de dévoiler ma vie personnelle au quotidien, alors je me suis demandé sur quoi je pourrais écrire tout en apportant une vraie valeur ajoutée à mes lecteurs. J’ai toujours aimé les bijoux et ce qui brille, je savais comment valoriser un savoir-faire et une marque, alors j’ai créé Bright Pause, mon blog dédié à la bijouterie-joaillerie !

 

Depuis 2014, tu as pu interviewer une quantité invraisemblable de créatrices, bijoutiers et joailliers, (j’en ai compté une cinquantaine) nous allons donc profiter de ton œil expert pour conseiller nos lecteurs : 

 

As-tu remarqué un point commun à la réussite de tous ces créateurs ? Quelles sont les qualités qui reviennent le plus souvent ?

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est la passion de la création. Pour certain.e.s, ça a toujours été une vocation, pour d’autres (comme toi !) cela a été une révélation qui a parfois même fait l’objet d’une reconversion. Les créateurs que j’ai interviewés ont réussi à imposer leur univers de marque, avec une vraie histoire derrière leurs bijoux. Le côté artisanal de la fabrication compte beaucoup aussi. Et bien sûr, non seulement ils ou elles sont doué.e.s, mais en plus ils savent comment mettre en avant leur travail, ce qui est un peu le nerf de la guerre à l’heure 2.0… Créativité, engagement et partage, je pense ces qualités résument bien tout ça.

 

Certains ont été formés à la bijouterie de façon conventionnelle, en école, d’autres en autodidacte. Y as-tu vu une différence ? Que ce soit dans les bijoux et/ou dans leur réussite ?

Disons que la bijouterie est plus accessible pour les autodidactes que la joaillerie. Pour autant, certains créateurs de joaillerie sont autodidactes, ils se consacrent uniquement à la partie créative du bijou et confient la fabrication à des artisans formés au métier. En fait les cas de figure sont très nombreux ! Ce qui est sûr, c’est que pour réussir, mieux vaut s’entourer des bonnes personnes.

 

Tous les bijoutiers interrogés ont des marques et des univers très différents. À ton avis, y a-t-il encore de la place pour tout le monde ? 

Je me suis souvent posé cette question ! Pour être honnête, je ne suis pas sûre que tous les créateurs de bijoux vivent véritablement de leur travail. Beaucoup se lancent parce que l’entrepreneuriat est à la mode, qu’ils ont envie de s’exprimer et/ou de changer de vie. Mais la concurrence est rude !

 

Que conseillerais-tu à une nouvelle créatrice / créateur qui souhaiterait se lancer ? (En tant qu’experte mais aussi en tant que cliente avisée)

Je crois qu’il est essentiel d’avoir un univers créatif fort. Je le vois tous les jours dans mon métier : les créateurs et artisans qui ont une belle histoire à raconter sont ceux qui sortent du lot. Osez incarner votre marque aussi, c’est important ! Les clients achètent un bijou, mais aussi un style ou une signature. Pour moi il faut un petit truc en plus, qui va donner envie aux gens mais surtout les faire rêver ! Un matériau fétiche, un design reconnaissable, une communication forte… Et plus le créateur garde son authenticité et exprime ses valeurs personnelles, mieux c’est !

 

Et toi, n’as-tu jamais envisagé de te former à la bijouterie et de lancer ta propre marque de bijoux ?  

Oh si ! Lorsque j’ai quitté mon job, cela faisait partie des chemins de reconversion que j’envisageais. Parfois encore, j’y pense. Avoir mon atelier, imaginer une collection, bricoler de mes mains… j’adorerais ! Mon frein principal reste le manque de qualification, même si les difficultés financières inhérentes à toute création d’activité ne sont pas à négliger. Je préférerais me tourner vers la joaillerie et là comme ça, ça me paraît un peu compliqué d’improviser. Je connais un peu la théorie (c’est déjà ça !) mais rien à la technique. Donc concrètement, ça me rassurerait de me former, mais je devrais peut-être suivre ton conseil et ne pas attendre de savoir avant de faire… J

 

Tu es toi aussi une jeune maman : comment arrives-tu à concilier ton blog, ton travail et ton quotidien ? Quelles sont tes astuces ?

Haha, le meilleur pour la fin ! D’habitude, c’est moi qui cherche des réponses. Je n’ai malheureusement pas de recette miracle… Je crois qu’en devenant maman, on découvre des ressources jusque-là insoupçonnées en même temps que la fameuse charge mentale. On s’adapte, on développe des trésors de patience et on priorise. J’ai par exemple délaissé mon blog quelques mois, faute de temps. Devenir maman m’a poussée à m’affirmer, à faire des choix, à me faire confiance. Mais j’apprends encore tous les jours !

 

Et pour finir, quelques questions rapides :

Plutôt or ou argent ? Or, rose de préférence !

Plutôt fantaisie ou joaillerie ? Joaillerie, fine et délicate pour pouvoir la porter au quotidien.

Si tu ne devais garder qu’un seul bijou avec toi ? Ma bague d’engagement Myrtille Beck.

 

Merci Pauline pour ce moment partagé !

N’hésitez pas à aller faire un tour sur son joli blog ou à vous abonner à son Instagram

Rencontre avec Pauline du blog Bright Pause sur www.apprendre-la-bijouterie.com

Au plaisir !

 

Partager l'article
  •  
  •   
  •  
  •  

You may also like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.