COMMENT TRANSFÉRER UN DESSIN SUR LE MÉTAL

Comment transférer un dessin sur le métal

Avoir des talents artistiques ne veut pas forcément dire savoir dessiner… d’autant plus dessiner sur le métal !

Je suis totalement dans ce cas : pourtant habile de mes 10 doigts, inventive et créative… le dessin, c’est pas mon truc. Je deviens malhabile avec un stylo dans les doigts, infichue de ne pas trembler, incapable de donner les bonnes proportions. Bref, je n’ai pas le compas dans l’oeil, vous l’aurez compris. Et pourtant, j’y arrive quand même 🙂

Alors si comme moi vous voulez vivre de votre passion et devenir créatrice de bijoux, il va falloir trouver des techniques pour transposer vos dessins sur le métal. Des astuces pour calquer vos idées dans du plané.

Même si cette étape n’est pas toujours obligatoire, il faut reconnaître que naviguer à vue d’oeil n’est pas toujours possible selon ses créations.

Heureusement, Olivier du blog tout récent Chic & Gemmes, autodidacte dans de nombreux domaines, a gentiment accepté de nous livrer ses secrets :

***


” Moi, c’est Olivier, je suis Lapidaire et j’ai crée Chic & Gemmes en début d’année. Je sélectionne les pierres brutes et les taille pour la joaillerie, les collectionneurs et aussi les investisseurs.

Il y a un peu plus d’un an, j’ai découvert le groupe Facebook de Mélanie et je me suis mis à apprendre en autodidacte la bijouterie. Mon activité principale reste la lapidairerie, mais j’ai le projet d’ici 2 ans d’avoir une gamme de bijoux réalisée sans moulage.

Vers le milieu d’année, je prends contact avec Mélanie, nous faisons connaissance et elle me file quelques tuyaux entre autre, pour la création de mon site-blog.

Au bout de quelques temps elle me propose : « puisqu’on en parlait hier, si tu te sens de nous faire un petit article ou une vidéo au sujet du “dessin sur métal pour les nuls”, c’est avec grand plaisir ! »

Allez chiche, va pour cet article qui de plus est en lien direct avec le 1er module de sa formation (NDLR : ce module est gratuit !)

***

Photo établi Olivier bocfil et compas


Lorsque l’on se lance dans le monde de la bijouterie, la première technique que vous apprenez est l’utilisation du bocfil afin d’acquérir de la pratique dans la découpe du métal.

Très vite va se poser le problème du dessin sur votre métal, sur votre plané, avant de le découper. Que l’on soit bon en dessin ou pas, cette partie peut vite devenir un casse-tête voir même pour certain(es) une “galère”…

Pas de panique, nous allons essayer de démystifier tout cela.

Par contre soyons clair tout de suite, nous allons nous mettre un principe, une règle intransigeante à suivre :


” Un bon sciage nécessite un tracé précis !”


Notez le dans un coin de votre tête, affichez le dans votre atelier, au dessus de la machine à café, où vous voulez, mais si vous loupez votre dessin, recommencez ! Votre dessin doit être précis, vos lignes doivent être continues.

Vous allez galérer au début, c’est comme tout apprentissage, mais vous serez de plus en plus sûr(e) de vos gestes. Si vous ratez votre dessin et que vous le découpez quand même, effet boule de neige assuré : la découpe sera approximative, vous allez devoir rectifier à la lime, et vous risquez de mordre un peu plus que prévu et de n’être plus symétrique. Au final : gros risque de “louper” votre bijoux.

Tout modèle de bijoux commence par un croquis dans un carnet, puis vient l’étape du dessin “plus précis” sur papier. Pour cela, vous allez m’aimer, 2ème règle :


“Pour un dessin précis, de 6 axes tu auras besoin”


– nos 2 axes x & y , bien perpendiculaires l’un à l’autre ( ici, pas d’équerre, on utilise son compas)
– + 2 séries de 2 axes parallèles sur les extrémités de vos axes x et y.
Ce qui vous donnera ceci :

Vous n’avez plus qu’à centrer votre bijou sur ce “cadre”, avec vos compas, équerre, réglet.

Pensez à noter toute les étapes de votre tracé : point de jonction (lettres), rayon, distance etc…Cela vous sera utile après.

Votre dessin est prêt, vous savez le refaire du premier coup, direction notre plané!

Vous allez avoir ensuite deux principes pour reporter votre dessin sur votre plané :

  • On le dessine sur le métal, comme sur le papier
  • On le transfère, suivant différents procédés


Le dessin sur le métal


Là, vous êtes content d’avoir tout noté !
Rebelote : nos 6 axes et nos notes.

“Aaahhhh, moi je vois pas mes traits”…

Primo : un bon éclairage, voir même parfois décalé pour voir à contre jour.
Ensuite, vous pouvez aussi peindre votre métal avant. Vous le dégraissez, le nettoyez, et vous coloriez votre plaque avec un marqueur noire indélébile, de l’encre de chine ou une peinture acrylique noire.
On laisse sécher, on recouvre de votre superbe vernis à ongle transparent séchage rapide Givenchy n°7865X00 à 90€… bon ok, un classique qui sèche rapidement fera l’affaire.

Après cela, vous tracez, et magie ! Vous verrez bien vos lignes.


La méthode du transfert


Maintenant au tour de la méthode de transfert, ou devrais-je dire les méthodes, car il y en a plusieurs :

  • Vous faites votre dessin sur un papier calque. Vous peignez votre plaque comme précédemment mais avec une couleur banche (si si l’encre de chine blanche, cela existe).
    On laisse bien sécher, ne pas hésiter à le faire la veille. Ensuite on retourne et on décalque avec un crayon, le transfert se fera sur votre peinture.
  • Autre méthode avec votre dessin sur votre papier calque. Vous le fixez bien à votre plané, et avec la pointe à tracer ou une petite pointe, vous allez faire plein de petit trous en suivant vos lignes de dessin, en appuyant bien pour que cela marque sur le métal. Une fois fini, vous retirer votre calque, vous avez votre dessin réalisé en “pointillé”


L’encre de Chine

Si on est doué en dessin à main levée, on y va directement à l’encre de chine, sur une surface émerisée ou un métal recuit afin d’avoir un aspect mat. Puis on laisse sécher et on vernis.

L’utilisation de l’encre de Chine est une méthode traditionnelle mais elle reste néanmoins très souvent utilisée.

Je savais que notre ami Michel Zimmerman utilisait couramment cette technique et j’en ai donc profité pour lui demandé son avis, que je retranscris mot pour mot :

Il serait intéressant de souligner que l’encre de Chine permet extrêmement facilement de rajouter de l’encre pour élargir ou déplacer un trait ou encore l’encre étant sec, de gratter ici ou là une très petite quantité de noir avec la pointe d’une aiguille à coudre monté sur un roule-goupille. Cette aiguille à coudre permet une précision extrêmement étonnante dont n’ont que rarement idée la majorité de bijoutier-joaillier qui ne pratique pas cette technique. ” … et concernant le transfert il rajoute ” Même lorsque je fais un transfert via un papier calque ( et carbone ) je refais aussi ensuite le dessin avec de l’encre de Chine ensuite vernis.

Merci Michel pour ton avis et tes conseils et n’hésitez pas à vous inscrire sur son forum bijoux à la cheville, c’est une mine d’informations.


L’imprimante laser


Enfin la méthode que j’aime le plus : l’imprimante laser.
Ça y est j’entend déjà, ” Oué ben moi j’en ai pos !” tssss… Arrêtez de râler il y a une solution !

Faites votre dessin sur un papier, et passez votre dessin à l’imprimante laser. Ceux qui n’ont pas d’imprimante laser, je suis sûr que vous avez dans votre coin un ou des magasins de bureautique. Et chez certains, il y a un espace en libre service (photo, reliure, photocopie et parfois imprimante laser)
Faites une série de dessin et zou! pour quelques euros ce sera bouclé.

Une fois votre photocopie laser en poche, vous la fixez bien sur votre plané, face contre métal (le dessin en dessous donc).
Puis avec un chiffon imbibé d’acétone, vous allez tamponner le dessus (côté papier blanc du coup), et hop, votre dessin va se transférer sur votre métal. Bien évidemment comme vous avez été attentifs et que vous êtes des pros….vous aurez au préalable dégraissé et nettoyé votre plané avant^^

Voilà différentes méthodes de transfert. Et si vous devez refaire un bijoux plusieurs fois, ou le faire en double (BO), faites un gabarit de votre bijoux sur une plaque de laiton en 6/10. Ainsi, vous pourrez ainsi le réutilisez à l’infini. Vous n’aurez qu’à la coller sur votre plané avec de la cire d’abeille ou par quelques points de super glue.

Puis suivez les contours à la pointe à tracé. Ensuite vous retirez votre gabarit avec un petit coup de chauffe par le dessous, et hop, on nettoie la plaque qui est prête à être découpée.

Il existe d’autres solutions plus ou moins complexes, à vous de tester, on est parfois plus à l’aise avec l’une que l’autre. Et si vous avez besoin de conseils ou autres, posez vos questions ici ou sur le groupe Facebook.

Allez maintenant vous êtes au point, tous à vos bocfils, 3…2….1…. C’est parti!

Et si vous souhaitez découvrir le monde des gemmes et de la lapidairerie avec moi, n’hésitez pas à me suivre et vous inscrire sur mon blog : www.chicgemmes.com

A bientôt !

Olivier

Partager l'article
  •  
  •   
  •  
  •  

You may also like

1 comment

  1. Salut Mel, merci pour les infos. Un passage n’est pas clair, quand tu colories au feutre noire ta plaque, après tu dessines avec quoi ? un crayon de papier ? et ça va se voir vraiment ?? 🙂 Merci pour tes conseils, et joyeuses fêtes !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.