ZOOM SUR : LE DéROCHé


Me revoici avec une vidéo descriptive sur ce liquide très important en bijouterie : le déroché.

Voyons ensemble tout ce qu’il y a à savoir sur le déroché : de quoi est-il composé ? Est-ce nocif ? Quel matériel utiliser ? Comment le doser et quand le changer ?

Pour finir, je vous donnerai ma recette “healthy” de déroché, éprouvée depuis des années, ainsi qu’une astuce à quelques euros pour “ne pas en faire tout un plat” 😉


A quoi sert un déroché ?

Le déroché et un liquide dans lequel on trempe son bijou et qui permet d’enlever les traces d’oxydation dues au recuit (le fait de chauffer un bijou pour le ramollir) ou au brasage (lorsque l’on soude son bijou). Il dissout également les résidus de borax ou collobore. Bref : il nettoie votre bijou !

Qu’est ce que c’est exactement ?

Habituellement, le déroché est composé d’acide sulfurique. Comme vous vous en doutez, ce n’est pas ce qu’il y a de plus sain… C’est donc une poudre que l’on dissout à 1 volume pour 9 d’eau, puis que l’on fait chauffer (sans faire bouillir !) .

D’autres formes de déroché existent, notamment le bisulfate de sodium (ou
Hydrogénosulfate de Sodium – à vos souhaits), aussi connu sous le nom de Sparex.

Petite astuce : si vous optez pour celui-ci, fournissez-vous chez les vendeurs de piscines : il s’agit exactement du même produit que celui pour ajuster le pH de l’eau des piscines !

Une recette de déroché moins nocive ?

Et bien oui, on peut s’éviter quelques inconvénients de santé en remplaçant tout simplement par un acide bien plus commun et bien moins nocif : l’acide acétique aka le vinaigre blanc !
Couplé avec du gros sel, et chauffé correctement, il sera tout aussi efficace – bien que plus long – pour nettoyer vos bijoux.
Ce n’est pas pour rien que les anglo-saxons appellent le déroché “pickle” (qui n’est autre que les préparations vinaigrées des cornichons… je vous le dit, tout tourne autour du cornichon dans cette histoire !)

Pour les doses, comptez une cuillère à café de sel pour une tasse de vinaigre, approximativement. Mieux vaut un déroché trop salé que pas assez !

Enfin il existe une autre solution : la pierre d’alun. Jamais testée, je ne peux donc pas vous donner mon avis dessus. Mais ce qui est sûr, c’est qu’elle est inoffensive ! La poudre d’alun se trouve facilement en droguerie, sinon il faut gratter une pierre servant comme déodorant (en magasin bio ou grandes surfaces). 4 à 5 cuillères à soupe dans un demi litre d’eau, le tout légèrement chauffé, et c’est parti !

Quelles précautions prendre ?

L’acide étant chauffé, il s’en dégage des vapeurs nocives : aussi il est impératif d’avoir une bonne aération de la pièce dans laquelle vous utilisez votre déroché. Par bonne aération, j’entends une vraie aspiration au dessus des vapeurs.

Faites bien attention à ne pas laisser bouillir votre déroché.

Enfin, une précaution à prendre pour ne pas “contaminer” votre déroché et ainsi salir vos pièces d’une couleur rosâtre : ne jamais y plonger de métal ferreux.
Par exemples, n’utilisez que des pinces en cuivre, en plastique ou en acier inoxydable seulement pour y récupérer vos bijoux. Personnellement j’utilise des pinces en bambou.

Dans quel récipient mettre son déroché ?

Honnêtement, inutile d’investir dans un appareil prévu à cet effet. Il existe des tas de solutions alternatives, vous allez voir :

– Une cuve de cuisson chauffante, appelée mijoteuse, comme celle-ci est bien pratique (mais attention aux rebords du couvercle, qui peut être en métal et peut contaminer le déroché !)

– Comme moi : un plat en Pyrex (avec couvercle, c’est mieux pour éviter l’évaporation) sur une plaque chauffante. Très pratique et vraiment peu cher.

– Un chauffe biberon dans lequel vous mettez un becher ou autre récipient en verre.

– Ou encore la formidable solution économique du bocal à cornichons sur un chauffe-bougie ! Cette solution a le grand avantage de disposer d’un petit panier pour récupérer vos pièces au fond, c’est top ! J’ai utilisé cela durant des années, jusqu’à ce que le nombre et le volume de mes pièces ne contiennent plus dans ce petit bocal.

Quelle que soit la solution choisie, pensez surtout à utiliser un contenant en verre ou en céramique car le déroché est un acide, et attaque donc toute autre surface. Le verre Pyrex est tout indiqué car en plus il résiste à la chauffe.

Conseil : si vous n’avez pas de lavabo immédiatement à portée de main, pensez à avoir un récipient d’eau claire à proximité pour rincer vos pièces sorties du déroché.


Quand faut-il changer son déroché ?

Cela se fait à la vue, lorsque vous vous rendez-compte que son efficacité s’amoindrit, ou que le liquide devient très bleu.

Egalement, lorsque vous vous rendez compte que vos pièces ressortent toutes rosées, c’est certainement qu’il a été contaminé et qu’il faut donc le changer.

A ne pas confondre cependant avec les tâches roses, souvent plus vives, dues au cuivre contenu dans votre métal et qui ressortent au moment de la brasure. Ces taches sont souvent bien délimitées. Le déroché ne les fera pas partir, mais il n’y sera également pour rien dans leur apparition. Le polissage en viendra a bout.


Que se passe-t’il si j’oublie ma pièce dans le déroché ?

Et bien… rien, en fait.

Peut-être qu’à terme, au bout de plusieurs jours, l’acide finira par attaquer la surface de votre bijou. Mais je doute que vous oubliiez un bijou durant autant de temps !

En général quelques minutes suffisent à dérocher une pièce, donc inutile de la laisser tremper des heures durant, et enchaînez votre travail rapidement.

Je dis ça, mais je suis la première à oublier de les sortir 😉


Maintenant, vous savez tout sur pourquoi et comment dérocher comme un pro !

Si cet article vous a plus, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux !
<<< directement ici, à gauche !

Ou encore, épinglez-le sur Pinterest !

Partager l'article
  •  
  •   
  •  
  •  

You may also like

12 comments

  1. Bonjour merci pour cet article et les astuces….par contre suite à ma courte formation de 4 semaines j’ai une question car en cours on ne nous chauffait pas le bain de deroche alors qu’ effectivement partout ailleurs on précise bien qu’ il le faut?Ceci dit les pièces sortaient malgré tout desoxydees.!

    1. Oui en effet, ce n’est pas indispensable mais bien plus efficace ! Surtout si tu utilises la méthode naturelle du vinaigre ou de l’alun : à froid cela va mettre beaucoup de temps, alors que chauffé à bonne température, ta pièce ressort bien nette à peine 1 ou 2 minutes après.

  2. Merci beaucoup pour cet article 🙂 Je vais tester et j’espère que les tâche rosâtres vont disparaître. Quelle technique préconises-tu pour le polissage si le laiton devient rose ? Quels instruments utilises-tu ? Je soude un petit plateau dentelé sur une pièce martelée. Lors du polissage, toute la partie dentelée disparaît.

    1. Merci Evelyne ! Pour répondre à ta question, tu dois certainement utiliser des meulettes trop abrasives. Le polissage ne doit pas déformer les bijoux, il doit juste les lustrer. Personnellement j’utilise des disques de coton, flanelle ou éventuellement des tampons de feutre. Pour la pâte j’utilise du Dialux Blanc, et si besoin je passe du tripoli avant. Que ce soit sur tour à polir ou en brossettes, je te conseille plutôt les disques de feutrine, coton ou flanelle, c’est plus doux.

  3. Bonjour, merci pour ces précieux conseils, la vidéo est très bien faite ! On apprend des tas de choses sur ton blog, encore merci ! Petite question, je cherche à me faire un bracelet avec un mot en fil (un peu dans l’esprit d’Atelier Paulin), dans ce cas, faut il utiliser un déroché ? Car je ne parviens pas à durcir suffisamment mon bracelet. Peut être as-tu déjà fait ce type de réalisation ?
    Merci 🙂

    1. De rien Pauline ! Par contre je ne saisis pas bien ta question ? Si d’une façon ou d’une autre tu dois chauffer ton fil (pour le souder ou pour le rendre plus malléable), alors il s’oxydera inévitablement, et oui, il te faudra le dérocher pour lui enlever cette oxydation. Si tu n’as pas besoin de le recuire car il serait déjà malléable par exemple, alors pas besoin de déroché car pas d’oxydation. Chauffer ton fil (le recuire) le rendra plus mou, pas plus dur. Pour le durcir, il faut csoit choisir un fil plus épais, ou non recuit à la base. La torsion devrait être suffisante pour le durcir. J’espère t’avoir éclairée !

  4. Bonjour Mel, merci pour ton article. J’étais sur le point de m’acheter la cocotte Pyrex mais à la maison j’ai une petite plaque à induction, tu penses que ça marchera ? Je n’arrive pas à trouver cette info sur internet..! Merci beaucoup !

    1. Bonjour Brune,
      S’il s’agit de “vraie” plaque induction (et non vitrocéramique), je crois que non, il te faudra un matériel adéquat. Si c’est une vitro, alors aucun soucis, ça chauffera le Pyrex.

  5. Merci Mélanie ! Finalement j’ai trouvé ce we à une brocante une fondue à chocolat à 2€ qui a la dimension parfaite pour mon dérocher 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.